Cité Soleil : le bidonville le plus pauvre et dangereux sur la planète

Construit à l’origine pour accueillir quelques milliers d’ouvriers, le bidonville de Cité Soleil consiste aujourd’hui en tous les maux de la société haïtienne : endémique, chômage, analphabétisme, gangstérisme, désertions des services publics, et violence armée.

Située dans l’arrondissement de Port-au-Prince, Cité Soleil est une commune d’Haïti qui a été considérée comme l’un des endroits les plus dangereux sur la planète. Ici vivent plus de 250.000 habitants, la plupart dans une misère totale. Sept haïtiens sur dix gagnent moins de deux dollars par jour dans ce bidonville pour assurer leur existence du lever au coucher du soleil. La route vers le bord de mer serpente à travers des quartiers délabrés où s’entasse la majorité de la population dans une catastrophe de plus en plus en criante et la situation en vrai est encore pire à « Sun City ».

Un jeune homme joue au cerf-volant avec une bouteille

Un jeune homme joue au cerf-volant avec une bouteille

Depuis les années quatre-vingt-dix, plus de 30 factions opposées ont continué à terroriser le quartier. Plusieurs gangs armés contrôlent chaque bloc. Le viol, l’attentat, le kidnapping, et le pillage sont carrément communs dans tous les coins de ce bidonville. Il n’y a aucune présence de droits fondamentaux dans cette société et d’ailleurs, Cité Soleil est devenu une autre communauté. Pour quitter le bidonville, on doit passer par les points de contrôles armés. La Croix-Rouge a appelé le ghetto « un microcosme de tous les maux dans la société haïtienne ». Ce n’est vraiment une zone sans espoir. Tout cela se passe à seulement deux heures de vol d’une ville idyllique, Miami.

La commune souffre presque de tous les maux du monde. Les riverains tout comme les responsables municipaux gèrent un quotidien des plus amers, notamment sur le plan socioéconomique. Sur ces problèmes qui pèsent sur la vie des habitants de la Cité Soleil, viennent se greffer d’autres difficultés, par exemple, au manque d’infrastructure et l’absence totale des services de base à tous les niveaux. Pas de police, pas ou peu d’électricité, pas de commerces, un accès aux soins de santé et à l’éducation des plus sommaires : les habitants survivent coupés du reste du pays.

Les efforts de la MINUSTAH

La Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti, ou également connue sous le nom de « MINUSTAH » a été établie en 2004. C’était une mission de maintien de la paix de l’Organisation des Nations unies (l’ONU) en Haïti. Après des mois de combats, la MINUSTAH a pris le contrôle de ce quartier de Port-au-Prince en 2007. Très vite après ça, certains progrès y ont été tant bien que mal réalisés. Grâce à la police nationale et la MINUSTAH, une certaine tranquillité est devenue plus en plus évidente.

La violence a nettement diminué à Cité Soleil. Toutefois, plusieurs riverains de Cité Soleil disent avoir reconnu qu’il existe ces derniers temps, une période de répit, même si la misère noire, le chômage, et la faim hantent encore les esprits.

La plupart des habitants à Cité Soleil sont encore jeune

La plupart des habitants à Cité Soleil sont encore jeunes

Tagged , , , , , , , , , , ,

One thought on “Cité Soleil : le bidonville le plus pauvre et dangereux sur la planète

  1. Doddy Kustaryono says:

    C’est triste à lire mais bravo pour le reportage, Doddy

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: